rss
twitter
  •  

State your name

| Rubrique Cinéma

6

Tomber amoureux d’un film ou s’en souvenir à jamais c’est parfois tout con comme un personnage prénommé Hank Markdukas. Voici mes préférés, les plus cools.


Gandalf le Blanc
: lors de sa résurrection dans les Deux Tours le vieux magicien mets les barres sur les T : Gandalf le Gris n’est plus, place à Gandalf le Blanc, plus propre, plus fort, plus puissant. Niveau expression imagée d’une montée de testostérone, c’est quand même autre chose que de s’appeler Terminator…

Déjà Vu

| Rubrique Cinéma

0

On gagne toujours à revoir ses films préférés. Each time, on découvre un petit détail qui nous conforte dans l’idée fort agréable qu’on a bigrement bon goût.

Tenez ce week-end j’ai revu « Serial Noceurs » et « Fight Club« . Le premier m’a baptisé à la comédie US post- »Zoolander » tandis que le second est l’un de mes all time favs. A tel point que je considère sérieusement de me faire encrer une réplique du film ou pourquoi pas « Tyler Durden » sur la peau.

Là n’est pas la sujet. En regardant « Serial Noceurs« , j’ai découvert un caméo extraordinairement surprenant et inattendu : John McCain ! John « Fuckin’ » McCain ! Vieux Vietnam vet’ qui ne peut pas lever les bras au dessus de la taille et qui s’est pris une soupe par Baracko à la présidentielle US. J’suis d’autant plus fort que je ne le savais pas et qu’on le voit de profil, de 3/4 grand max, dans une scène où les frères bambochards Owen Wilson et Vince Vaughn observent de loin Christopher Walken en pleine conversation avec deux types dont, vous l’aurez devinez, Maverick John !
Monsieur se paye un caméo dans une des meilleures comédies stetson des années 2000 et après il raille la célébrité d’Obama dans des pubs très nulles où il le compare à Paris Hilton et Britney Spears. Paille/Oeil/Poutre. Dieu t’as lâché John, c’est pour ça que t’as loosé.
[By the web, j'ai appris en fouinant un peu que le sénateur de l'Arizona avait aussi fait une apparition dans un épisode  de la saison 5 de la très républicaine série de merde "24 heures chrono". John jouait un employé de bureau qui faisait partie d'un complot.]

Puis est venu « Fight Club« . Le film regorge de trouvailles visuelles et d’idées de mise en scène démentes (le laïus sur Ikea pour ne citer qu’un exemple). Chaque visionnage s’accompagne donc d’une révélation voire même d’une révolution.
Ainsi, j’ai découvert deux choses lors de ma 1984e vision. Primo c’est toujours l’une mes bobines préférées, segundo quatre images subliminales de Tyler Durden viennent se glisser dans différentes scènes avant qu’Edward Norton ne fasse sa « connaissance ».
Du coup, ça donne un goût encore plus savoureux à la scène de la bite insérée dans le film familial et surtout au twist final.
Ne comptez pas sur moi pour vous dire où et quand il faut regarder pour dénicher Tyler. Mais le premier qui me cite les quatre scènes, je lui envoie un paquet de mes bonbons préférés par la Poste (je sais créé du lien avec mes lecteurs moi).
« Fight Club » est génial, Fincher est génial et peut-être bien que Pahlaniuk est génial.
Ah j’oubliais, Brad Pitt est bel et bien un foutrement grand acteur. Et il est génial aussi.

Cinema, in my own words

| Rubrique Cinéma

0

A – Premier souvenir marquant de cinéma ?

« Les Tortues Ninja » en particulier à cause de la scène où Raphaël repose dans un bain glacé, presque mort, après s’être fait rosser par les sbires de Shreder. A 6 ans, on ne se sait pas que dans un film pour enfants, le héros ne peut pas canner.

B - Plan préféré dans un film? Séquence? Dialogue ?

- Straight from « Fight Club » :

Un plan d’une telle beauté qu’on aurait presque envie d’expérimenter la position du tourne-disque avec Helena Bonham Carter alors que franchement…

- La fin des « Evadés » de la sortie de Red de Shawshank jusqu’à ses retrouvailles avec Andy sur la plage de Zihuatanejo. Superbe.

- « Now we are free… I will see you again, but not yet, not yet » – « Gladiator »

C – Bande-annonce préférée ?

« Les Deux Tours » rien que pour la réorchestration du thème de Clint Mansell tiré de « Requiem for a dream« .

D – OST préférée ?

« Ghost Dog » par RZA. La première et dernière OST avec de vraies compos hip-hop, pas de simples instrus. Une putain de réussite.

E – Chanson tirée d’un film que je préfère ?

« Now we are free » – Lisa Gerrard – « Gladiator »

F – Un « classique » que je supporte pas?

« Les bronzés » et tous ces films asiatiques avec des gros plans de 49 secondes sur les visages sur lesquels tout le monde s’astique le lustre.

G – Le film que j’ai l’impression d’être le seul à aimer?

« Tolérance Zéro ». Plus qu’une politique, un film de castagne jouissif avec The Rock.

H – Le film que j’ai un peu honte d’aimer?

« Crazy/Beautiful » avec Kirsten Dunst et Jay Hernandez. Je l’ai vu des milliers de fois et je crois que je pourrais encore le revoir un autre bon millier de fois.

I – Le film que je pourrai regarder en boucle ?

« L’enfer du dimanche« . Le dernier grand rôle d’Al Pacino. Quasiment une épitaphe. Le premier péplum contemporain. Le meilleur film de sport de tous les temps. Une fresque d’une incroyable intensité mise en scène avec brio. Le meilleur rôle de Cameron Diaz.

J – Réalisateur préféré?

David Fincher pour la beauté et l’intelligence de ses bobines. « Se7en« , « Fight Club« , « Panic Room » et « Zodiac » sont de très grands films. Des classiques.
Quentin Tarantino. Il suffit de l’avoir vu en interview et/ou d’avoir mirer un de ses films pour comprendre pourquoi.

K – Votre compositeur de musiques de films favori?

Hans Zimmer / RZA

L – Les films que j’aimerais montrer au monde entier?

« Zoolander« : à cause de Wham!, de la bataille d’essence, d’Owen Wilson, Ben Stiller et Will Ferrell, du défi défilé, du centre Derek Zoolander pour les enfants qui lisent pas génial et du regard Magnum.

« Lord of War » : pour la voix-off de Nic Cage et pour montrer qu’engagement ne rime pas forcément avec chiant.

« Dikkenek » : pour que le monde sache enfin à quel point François Damiens est drôle.

M – Film préféré?

Un seul ? Impossible ! Un jour peut-être que je ferai une liste.

N – L’élément le plus important dans un film selon moi?

La mise en scène. Un film comme « There will be blood« , relativement ennuyeux, m’a totalement scotché à ma télé grâce à sa réalisation. Avec le temps et la HD j’y suis de plus en plus sensible.

O – Un réalisateur surestimé? sous-estimé? à surveiller ?

- Les Wachowski. Comme disait Tarantino, « quitte à vouloir prendre son pied avec des jeux vidéos, autant coller sa bite dans une Nintendo ».

- Michael Bay. Je citerais Tony Danza du site DVDrama : « Il s’agit bel et bien d’un cinéaste. Tu vois un plan, que dis-je un photogramme du gars, tu sais tout de suite que c’est du Bay. Le gars est pour moi un cinéaste plasticien expérimental qui ne privilégie pas la forme au fond puisque chez lui la forme devient le fond !
Il décrit mieux que personne ce qu’est devenu la psyché américaine de notre époque (« BAD BOYS II » film testamentaire de cette civilisation sur le déclin).
S’il faut rapprocher le corps de son œuvre à un autre artiste, je pencherais plus sur les travaux de Edward Hopper qui comme lui a délivré un portrait de l’Amérique en son temps ».

– Ce n’est pas un réal’, mais je dirais Diablo Cody en espérant qu’elle le devienne.

P – Un film surestimé? sous-estimé?

« Spider-Man » : je croyais voir une adaptation live du comic du même nom, il s’agit en fait d’une adaptation des Bisounours. La scène avec Mary Jane qui court en robe de mariée dans la rue est de loin l’une des plus ridicules de ces dernières années.
« Starship Troopers »
: un grand film de science-fiction anti-fasciste incompris

Q – Un film que j’aurais aimé réaliser?

Une adaptation sous forme de trilogie du comics « Civil War » ou un biopic sur Maradona parce que le truc de Kusturica là, c’est pas possible.

R – Un projet de film que j’attends avec impatience?

« Killing Pablo » de Joe Carnahan avec Javier Bardem. Après avoir lu cet article, je peux vous le dire : we need this movie !

Major props to Waylander de Dvdrama qui a concocté ce chouette questionnaire avec quelques ingrédients habilement choisis ici et là.