rss
twitter
  •  

Short playlist

| Rubrique Playlist

1

1 – D.O.A – Jay-Z

Faut cesser avec l’autotune et les tubes de merde spécialement pensés pour vendre de la sonnerie de portable à de jeunes gogols. C’est Jazzy Jay-Z qui le rappe et je vois pas bien qui serait assez con pour y trouver quoi que ce soit à redire.
Plus je l’écoute et plus je l’aime ce son dont le beat est une superbe pièce d’orfèvrerie hip-hop. Spéciale dédicace aux ponts instrumentaux.
Blueprint III s’annonce décidément diablement bon.

2 – 2 Weeks Til’ Prom – Lil’ Wayne/Grizzly Bear

Weezy est une star du rap mais il aimerait être plus que ça. Un génie, un rockeur, un beau gosse. Si pour les deux premiers il peut y avoir débat, pour la dernière volonté de Lil’ Wayne c’est sûr que non vu qu’il a une tête à rendre jaloux Uruk-Hai et Orques.

Stroke of the geniuses

| Rubrique Music

0

Deux grands artistes, deux grands morceaux, deux grands clips. Point putain de final.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Jay-Z hurry up ! I wanna pay for music again !

| Rubrique Music

0

La dernière fois que j’ai emprunté les coûteux boulevards de la légalité pour acheter une galette, c’était pour « American Gangster » de Jay-Z. Ca ne cassait pas cinq pattes à une belette, mais le moyen chez Jay-Z tutoyant l’excellent chez les autres, y’avait vraiment pas de quoi poser réclamation.

Depuis nada. Jigga, qui avant d’être anastomosé à Big Bootyoncé, plastiquait les charts une fois l’an avec la régularité du Sida en Afrique, prends son temps. Même pas un de ces side-projects, dont le Hip-Hop Pope bénissait ses fidèles de temps en temps, à se mettre sous la quenotte.
Le mec le mieux loti du rap cainri en Benjamins fait son Dr Dre, repoussant continuellement « Blueprint 3 » afin d’offrir un classique à la plèbe, à son égo et à celui de Kanye West qui produit le truc.

« Blueprint 3 » sortira donc quand « Blueprint 3 » sera prêt.

« J’ai composé quelques morceaux. Nous allons entrer en studio et revoir ce qui était supposé être sur l’album. En ce moment, Kanye est en train de composer un nouveau lot de musique qui va être phénoménal et, d’ici peu, quand ça sera prêt pour le public, nous le sortirons… Si je n’ai aucune contrainte de temps, je fais n’importe quoi et je n’arrive pas à le finir. Je serais comme Axl Rose ! Ça sortira dans 12 ans et nous parlerons de la démocratie chinoise. J’aime vraiment les contraintes de temps. Mais peu importe ce qui se passera, l’album sera probablement meilleur, car ce sera fini quand ce sera parfait. » Jay-Z


Ca nous laisse un peu de temps pour un petit tour dans la DeLorean.
La première fois que je me suis mis un disque de Jigga dans les esgourdes, c’était « Vol.2 Hard Knock Life« . C’est aussi l’un des premiers albums que j’ai acheté. C’était après avoir vu le clip de « Can I Get A… » dans « En juin ça sera bien » sur la Cinquième. J’avais 14 piges, « Titanic » venait de violer le box-office avec une sévérité pornographique, Rachida Dati s’endimanchait encore chez Prisunic et « Capital » narrait les success-stories de Mohammed Dia et Caramail.
98 quoi. J’ai tellement écouté l’album que la Pierre de Rosette est plus facile à déchiffrer que le livret. Quant au boîtier, on dirait qu’il a fait Gergovie.

Après cette révélation quasi-christique, j’ai acheté tous les ans le Jay-Z annuel comme on achète le calendrier de l’Avent ou le vaccin contre la grippe quand on est vieux et qu’on ne veut pas mourir. J’ai aussi prêché la bonne parole des Témoins de Jayhova contre les Nasophiles à l’époque où Shawn Carter et Nasir Jones avaient transformé New-York en Dallas et en enjeu de leurs joutes verbales.

Depuis 1996, il n’y a eu que deux années blanches dans la discographie de Shawn Carter. 2005 (il jouissait alors de sa retraite, prise en 2003 après la sortie du « Black Album« ) et 2008. Et 2009 donc s’il ne remue pas fissa son pétrousquin.

Du coup, je me questionne. Peut-être que le premier disque que j’achèterai depuis « American Gangster » ne sera pas « Blueprint 3 » mais « Relapse » qui prend aujourd’hui les bacs d’assaut, entièrement produit par Dr Dre. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Pendant qu’on se languit, Jay-Z ne se tripote pas le micro hein. Pour l’heure, il a déjà sorti deux sons de « Blueprint 3« , « Jockin Jay-Z » et « Brooklyn we go hard« , enregistré deux collabos bombesques, « Swagga Like Us » avec T.I et « Lost » avec Coldplay et mis en musique l’élection de Barack Obama. Ca n’augure que du bon pour son 13e album.

Holla at your boy !


Random insignificances

| Rubrique Cinéma, Culture, Random, Sport

0

Contre le Barça, le terrorisme basque n’a pas fait long feu. Avant la finale de la Copa del Rey, Caparros avait menacé : « Ce sera une finale très disputée et il y a risque de blessure« . Malgré toute la bonne volonté de son équipe de massicoteurs pour faire honneur à la fougue provocatrice de leur coach, l’Athletic Bilbao a pris une soupe contre les hommes de Guardiola : 4-1. Sans Iniesta et Henry.
J’ai vu le match trois fois de suite. Une fois en direct sur sport.es, une fois sur W9 histoire d’avoir les images puis tout de suite après sur TVE pour avoir remise de la coupe et réactions d’après match.


Dimanche, le Barça pourrait fêter son second titre de la saison, la Liga. Comme disent les prêtres et les enfants de choeur, vivement le Jour du Seigneur.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Alice je te conchie. Pas de TV Festival sur le bouquet de la salope blonde. Un Festival de Cannes sans TV Festival pour TOUT voir, c’est comme Chavez sans W. Pas très fun.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Great things are happening next week ! Lundi sort la nouvelle galette d’Eminem « Relapse« , tandis que mercredi « Inglourious Basterds » sera présenté à Cannes. Semaine coolturelle quoi !


"We made you" : Eminem est back

| Rubrique Music

0

« Guess who’s back ? » Cette question étant l’un des gimmicks favoris de l’un des meilleurs artistes du monde selon le ratio nombre d’albums vendus/talent, vous n’aurez eu aucun mal à identifier Eminem.

Comme pour rappeller aux plus jeunes, biberonnés à Lil’ Wayne & Co, que les années 2000 ont été les siennes, c’est alors que le soleil se couche sur la première décennie du XXIe siècle que Shady se rappelle à notre bon souvenir avec un nouvel album « Relapse« , qui devrait être suivi d’une suite « Relapse II » avant la fin de l’année, 10 après son premier LP « The Slim Shady LP » et cinq ans après the last one, « Encore« .

Depuis, bien des choses ont changé. W Bush, qui avait estimé qu’il était la plus grande menace pour la jeunesse américaine depuis la polio, est allé voir si le Star Spangled Banner flottait mieux au Texas; Proof, son meilleur pote a passé l’arme gauche, fumé dans un club par une balle en pleine caboche; Dre a passé la seconde et donné une date pour « Detox » (2009, il ne peut pas faire plus précis); son poulain 50 Cent est passé du statut d’étalon du rap game à celui de vieux bourricot et lui est sur le chemin de la quarantaine.
En revanche, personne ne l’a détrôné dans le rap game. Alors autant dire que ce « Relapse« , on est plutôt jouasse à l’idée de l’écouter.

Le clip de « We made you« , son premier simple est dispo depuis aujourd’hui. Comme c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures crèmes brûlées, Eminem mise sur la baggylonnade en guise d’entrée en matière. Parodie de films (Star Trek et Rain Man), déguisements (Elvis, Cowboy, Tony Romo) et foutage de gueule en règle de people « respectables » (Sarah Palin, Jessica Simpson, Lindsay Lohan et Sam Ronson ou encore Amy Winehouse) sont donc au programme.

Image de prévisualisation YouTube

Rien de révolutionnaire, mais c’est l’un de ses meilleurs premiers singles et c’est bien plus fort que 80% de la tambouille que nous refilent les autres rappeurs.

On attend le reste.