rss
twitter
  •  

Very special sunday

| Rubrique Sport

6

Note à Béné et aux autres : j’étais censé publier cette note hier mais comme mon identifiant Free de merde a encore fait sa pute, vous allez faire comme si aujourd’hui on était lundi et puis c’est tout.
J’en profite pour remercier chaleureusement @BloodyO sans qui je ne serais pas là ce soir. Des bisous à elle donc et à vous parce que je vous emmerde depuis quatre lignes pour une intro à la con. Bonne lecture.

Tout à coup, c’est comme si tout le monde s’y étais mis. Tout le monde en parle en tous cas. Sur Facebook hier après-midi, sur Twitter le soir, au travail ce matin.
Les esprits casse-couilles y verront un nouveau symbole de l’américanisation galopante de la société frenchie, les hypeux à la mâchouille moi la nouille dénigreront, préférant chercher jouissance dans le roller-derby, et nous autres, péquin de base mais pas trop, on se réjouit.

Hier soir, c’était le Superbowl. Même si j’ai une application football sur mon iPhone, ce serait mentir que de dire que je suis la NFL avec l’assiduité d’un fan de Lara Fabian. Pour tout vous dire, je commence à tendre l’oreille à l’orée des playoffs puis mon intérêt va crescendo jusqu’à ce dimanche presque férié chez nos amis Américains. Ce dimanche où on se couche à 4 h du mat’ dans le meilleur des cas alors qu’on turbine le lendemain matin.

A l’inverse de 95% des médias béret-baguette, je m’en branle pas mal de tout ce qu’il y a autour.
Les chiffres vertigineux, la quantité gargantuesque de tacos digérés et de pizzas livrées, l’influence positive d’une victoire d’une équipe de l’AFC sur Wall Street, les pubs à 30 briques, les millions de litres de bières siphonnés aux quatre coins du pays, le show de la mi-temps… Tout ce décorum médiatique me laisse aussi indifférent que la rediffusion du final de Dynasty sur une chaîne de la TNT.

Fuck you Mr Nice Guy !

| Rubrique Football, Sport

0

Avec son engagement humanitaire, son apparente bonté et son sourire timide, Zinédine Zidane est un peu le Lady Di français.
Une icône intouchable, sanctifiée par deux coups de melon assassins qui ont permis à la France d’accrocher une première étoile à son paletot et qu’un autre coup de boule tout aussi assassin mais pour d’autres raisons, n’a pas réussi à déloger de son piédestal populo-médiatique.

Les panégyries consacrées à Zidane louent sa simplicité et de sa gentillesse. Moi je dis attention arnaque. Son comportement sur le pré quand il était joueur en dit long à ce sujet. Zidane est un génial régaleur de chique certes, mais aussi un nerveux qui a vu rouge onze fois avant l’ultime biscotte écarlate, celle qui l’enverra aux vestiaires pour l’éternité un soir de juillet 2006.

Les Lakers et Pau Gasol sont aux anges

| Rubrique Sport

0

Si la barbe adolescente islamo-rabbinique tendance Jésus Christ de Pau Gasol est un pari genre « Je me fait une tête de clodo maboul’ jusqu’à ce que je gagne un titre NBA« , eh ben  il peut se raser maintenant parce qu’il l’a sa bagouse !
Bravo à Kobe, le joueur le plus racé de l’histoire de la league, à Phil Jackson et ses dix bagues et au reste de l’équipe, de Bynum à Odom en passant par Ariza et Fisher et bien évidemment Pau Gasol, le chaînon manquant entre KB et son retour aux sommets (et entre la culture grunge et le basket si on en juge par sa tête).

Guerre totale contre le sommeil

| Rubrique Me, myself & aïe !, Sport, Télévision

1

En France on a la réputation d’être des geignards doublés de râleurs patentés alors qu’il existe des pelletées de chouettes trucs dans le coin tels que la Sécu, le vaccin contre le tétanos, la culture, le droit de grève, UGC illimité ou les sosies de Louis de Funès jusqu’au plus hauts échelons de l’Etat.

Ainsi que le stipule clairement la convention de Varsovie, quand on a cité quatre trucs positifs, on a le droit de parler d’un truc négatif.

Tot el camp, clap clap clap, es un clan clap clap clap, Som la gent Blaugrana tant se val d'on venim

| Rubrique Sport

0

Plutôt que d’ouvrir les vannes de l’internationale du blowjob ou d’avoir le triomphe plastronneur, je préfère vous proposer un billet bien fendard sur la finale. Enfin presque…

De toute façon, le jeu du Barça, il se savoure. Word.